Les différents alcools et leur valeur calorique





Ce matin, en tête de mon feed facebook caracole un article de ELLE qui s’intitule « Combien de calories pour chaque alcool : on vous dit tout ! », avec la phrase d’accroche suivante « Pour faire son choix en toute connaissance de cause ». 
Je trouve le sujet intéressant, et avant d’ouvrir l’article, je jette un œil sur la ribambelle de commentaires des internautes :

« Je te l'avais dit que la bière était le moins calorique !!! »
« J’arrête le whisky »
 « Je vais devoir arrêter le Ricard »
 « C’est décidé, je me mets à la bière ».

Et je comprends qu’à défaut d’éclairer les consommateurs, ELLE a en fait semé la confusion dans leurs esprits en ne leur donnant qu’une partie des informations.

L’article se contente de donner les valeurs calorique de chacun des alcools pour 100 g (= 100 ml). Et omet de rapporter les valeurs aux quantités consommées.
Ce qui donne : la bière à 37 calories (aux 100ml) et le whisky à 249 calories (aux 100 ml). Voilà comment donner l’illusion que la bière est light pendant que le whisky est l'ennemi publique numéro un.

Sauf que non.
Je vous mets au défi de boire 100 ml de whisky (proposé dans les bistrots en verre de 30 ml) de même que je doute que beaucoup d’entre nous se limitent à 100 ml de bière (communément proposée en demi de 250 ml ou en pinte de 500 ml).

Alors on compare ce qui est comparable, à savoir : un whisky on the rock de 30 ml et 75 calories, et une pinte de bière à 186 calories ?

Pour reprendre les exemples de l’article et les remettre en phase avec les quantités d’un verre standard :

-          La bière blonde (37 calories les 100 ml) : le demi = 92 calories ( et 184 calories la pinte)
-          La sangria (85 calories les 100 ml) : le verre de 150 ml = 127 calories
-          Le vin blanc sec (55 cal/ 100 ml) : le ballon de 12 cl = 67.2 calories
-          Le kir au vin blanc (91 cal/100 ml) : la flute de 12 cl =  109 calories
-          Le kir royal (97 calories/100 ml) : la flute de 12 cl = 116 calories
-          La bière brune (40.7 cal/ 100 ml) : le demi = 102 calories (et 204 calories la pinte)
-          Le punch (162 cal/ 100 ml) : le verre de 15 cl = 243 calories
-          Le vin rouge (67.3 cal/100 ml) : le ballon de 12 cl = 81 calories
-          Le whisky (249 cal/100 ml) : le verre de 3 cl = 75 calories
-          L’eau de vie (228 cal/100 ml) : le verre de 3 cl = 68 calories
-          Le saké (133 calories/100 ml) : le verre de 5 cl = 66.5 calories
-          L’apéritif anisé (type Ricard) (274 cal/100 ml) : le verre de 3 cl (+ eau) = 82 calories
-          Le champagne (81.7 cal/100ml) : la flute de 12 cl = 98 calories
-          Le vin doux (type Muscat) (147 cal/100 ml) : le ballon de 12 cl = 176 calories
-          Le rosé (71.5 cal/100 ml) : le ballon de 12 cl = 86 calories
-          Le mojito, qui est le seul pour lequel les calories sont indiquées au verre : 160 cal le verre de 200 ml.

Pour conclure, je dirais que l’unité d’alcool (verre proposé en bistrot) apporte toujours sensiblement la même quantité de calories, excepté pour les alcools très sucrés et les cocktails dont l’ajout de sucre ou soda peut faire grimper très vite l’addition.

Attention donc aux vins moelleux, au apéritifs sucrés (Porto, Martini, Baileys …), aux punchs et planteurs et aux cocktails en tous genre (Mojito, Cosmo, Margarita, Spritz ...), spécifiquement ceux contenant du lait de coco (Pina Colada) dont le verre apporte quasiment autant de calories qu’une part de gâteau au chocolat. 

A choisir, les vins rouges, blancs secs, rosé, champagne, bière blonde, whisky sec ou on the rocks restent les choix les moins caloriques (en quantité raisonnable bien évidement).

Salud, amor,dinero et Besos todos




Help! Je choisis quoi au rayon yaourts ?




Qui ne s’est jamais retrouvé perdu, piégé dans le triangle des Bermudes qu’est le rayon produits laitiers  de l’hyper du coin ? (<= pas moi).
C’est simple, pas une semaine ne se passe sans que les industriels ne sortent une nouveauté (plus onctueux, plus doux, moins acide, plus de fruits, plus bio, moins de sucre, plus de protéines, enrichis en vitamine D et j’en passe) venant sur-peupler nos étalages déjà bondés.

De quoi s’y perdre, d’autant que les commerciaux spécialistes es emballages manient à la perfection l’art de semer la confusion dans nos esprits, en jouant avec les codes couleurs et les allégations de façon agile et non moins brumeuse.   

Le top 7 des graines santé




Les grandes surfaces sont de plus en plus nombreuses à les proposer en vrac, les foodista ne jurent que par elles, et elles sont les vedettes du hashtag healthyfood sur instagram et pinterest, bref, les graines sont à la mode et il est de bon ton d’en garnir ses assiettes.
Je ne vais pas vous cacher que j’en suis la première friande, et même que je n’ai pas attendue que la foodosphère leur mette le grappin dessus pour en remplir mes placards.
Elles n’ont pas leur pareil pour pimper salades ou cakes en leur apportant la parfaite dose de croquant et de saveurs.  
Alors la graine est bonne, la graine est jolie, la graine a le vent en poupe mais qu’en est-il de ses intérêts nutritionnels ?

Top 10 des fruits aussi riches en vitamines que pauvres en calories




Nous entrons aujourd’hui dans le dernier tiers de l’hiver (oui je décompte les jours telle une bagnarde au bout du rouleau) et je commence à m’émouvoir des quelques minutes de soleil grappillées en plus matin et soir, ainsi que des quelques millimètres de mercure laborieusement gagnés, avant-goûts du vénéré printemps. 

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve cette fin d’hiver particulièrement éprouvante : fatigue au somment, cernes accablantes, teint lavabo et deux (trois ?) kilos en plus au compteur, qui achèvent de plomber mon moral déjà en berne.

C’est ainsi que m’est venue l’idée de répertorier les dix fruits à la densité nutritionnelle la plus élevée, à mettre quotidiennement au menu, histoire de rebooster tout ça fissa. 

Faut-il vraiment se méfier du lactose?




Je me rends compte que j'ai disserté sur le lait de vache dans mon dernier billet, sans vraiment m'attarder sur le lactose, pourtant aussi célèbre que vilipendé.
La presse minceur et santé ne cesse de débattre à son sujet, les rayons de nos supermarchés regorgent d’aliments certifiés lactose-free et les sites de recettes ont tous leur rubrique sans lactose.
Depuis qu’il a été cloué au pilori par de très nombreux détracteurs qui l’accusent de tous les maux, le lactose, tout comme le gluten, peuvent se targuer d’être les grands boucs émissaires alimentaires de ce début de siècle.
Le lactose souffre en effet d’une mauvaise réputation qui lui colle à la peau, mais est-elle justifiée ?

Pour ou contre le lait de vache? (2è opus)



Le débat sur lait de vache n’en finit plus de faire couler de l’encre, et oppose avec force et conviction les virulents anti et les conventionnels pro-lait.

Si bien que comme souvent avec ce genre de sujets polémiques, il est difficile de faire le tri et de savoir quelle attitude adopter pour sa propre consommation. Et j’avoue que moi-même, pourtant éternelle défenseure du lait et de ses dérivés, j’ai été troublée à la lecture de certaines publications et ai ressenti le besoin de creuser davantage.

10 astuces pour se remettre des fêtes (et une bonne année bien sûr!)



Ça y est, je déclare officiellement close la période des fêtes de fin d’année … et je ne sais pas pour vous, mais pour moi ce n’est pas du luxe. J’ai beau affectionner le gras, le sucre et l’alcool, mon foie pleure et me réclame du jus de céleri et de la Badoit en perfusion.

Voici donc 10 petites astuces pour tous ceux qui, comme moi, ont du mal à digérer cette dernière semaine de décembre :